La Ziggourat, quartier de Brazza, Bordeaux

Programme : 140 logements, activités, parking

Maître d'ouvrage : VINCI

Statut : Mandataire

 

Projet : en cours

Budget : 13.000.000 euros HT

SDP : 10 000m²


À Brazza, au sein du nouveau quartier de Bordeaux en développement, le projet urbain, porté par l’agence YTAA de Youssef Tohme mets en place des volumes dits «capables» disposant de hauteurs sous plafond de 5 mètres garantissant modularité et qualité des espace à vivre. 

 

À l’extrémité de la bande bâtie, en front de la Brazzaline, une ziggourat de logements, d’activités et de commerces offre une vue imprenable sur la Garonne et le centre historique de la ville.

Ce dispositif en pyramide adopté s’avère être une solution optimale compte tenu du programme à respecter et des règlements d’urbanisme à appliquer. 

En outre, contrairement à deux barres se faisant face, aucun vis-à-vis n’est perceptible sur la même parcelle. Les logements mono-orientés sur la partie basse et traversants dans les étages supérieurs constituent l’enveloppe externe de l’édifice qui accueille en son cœur un parking et une salle de fitness.

 

De fait, il est alors possible de se garer avec son véhicule au même niveau que son appartement. Chaque logement est doté d’un large balcon filant de 3 mètres au plus étroit permettant l’extension de l’espace à vivre sur l’extérieur. Au niveau de la rue, des locaux d’activité avec mezzanines participent à l’animation du quartier.

 

À la fois en accession à la propriété et en locatif, les logements offrent tous une qualité spatiale qui se traduit aussi par la mise en œuvre des matériaux. La continuité entre l’intérieur et l’extérieur des appartements est accentuée par l’emploi du même matériau constituant les carrelages et dalles sur plots mais encore le choix des menuiseries extérieures toute hauteur et des coffres volets roulants disparaissant dans l’épaisseur de la dalle.

 

La matérialité du projet a longtemps évolué au fur et à mesure des ateliers de présentation à la métropole bordelaise. Nous sommes toujours parvenus à l’adapter selon ses recommandations. Initialement en caillebotis métallique pour les garde-corps et en toiles marines pour les brise-soleils, le projet est devenu plus minéral en marquant les nez-de-dalle en béton brut gris clair. Puis l’édifice s’est littéralement métamorphosé, devenant plus massif, plus compact. Les garde-corps en béton brut de teinte claire accentuent le caractère horizontal recherché par l’urbaniste et renvoient en second plan 

le fond des loggias.

 

Partager le projet :