Le domaine de Grignon

Maîtrise d'ouvrage : non communiqué

Programme: Bureaux, coworking, laboratoires de recherche, restauration

Mission : co-traitant, Devillers & Associés mandataire

Année : 2020

Surface: 8400 + 750 m²

Budget: non communiqué

Dans le cadre du déménagement de l'école AgroParisTech sur le cluster de Paris–Saclay, un grand aménageur candidat au rachat nous a sollicités au sein de l'équipe menée par Devillers & Associés pour concevoir le futur de ce territoire de 291 ha.

 

Nous vous présentons ici la contribution de l'agence à cette aventure ambitieuse :

Le pôle d'innovation agricole et le pôle gastronomique.

Un peu d'histoire

Carte postale historique - Ecole Nationale d'agriculture de Grignon
Carte postale historique - Ecole Nationale d'agriculture de Grignon

L'histoire du Domaine de Grignon commence véritablement après la Révolution Française, pendant la Restauration.

 

En 1827, Charles X fait l'acquisition des terres de Grignon : des fermes, un parc forestier et le château du XVIIème. Il y fonde l'Institution royale agronomique de Grignon avec l'objectif de développer et de diffuser la connaissance sur les cultures agricoles au sein du royaume.


Deux éléments en particulier font de cette école un fleuron de la recherche agronomique.

Au cours du XXème siècle, le domaine de Grignon–AgroParisTech connaît un développement similaire à la plupart des campus à l'américaine. Pour répondre aux évolutions technologiques et à l'augmentation de son effectif, il se dote de nouveaux équipements au fil des années. Ces constructions aux styles divers sont implantées sans vision urbaine sur les terrains alentours, dans une conception moderne en plan libre. Au sud du campus, un petit village se développe.

 

Avec la création du Campus de Saclay en 2019, l'école d'agronomie souhaite déménager pour faire partie intégrante du cluster de dimension internationale.

 

L'État met alors en vente le domaine et un acteur majeur du développement urbain se porte candidat pour en imaginer le futur. C'est à cet instant que le projet commence…

Programme

Notre cliens s'est engagé à réaliser, en adéquation avec les volontés des administrés du domaine, un pôle événementiel, et à maintenir un pôle de recherche et d'innovation dédié au monde agricole.

Des programmes mixtes sont prévus afin d'éviter la transformation du domaine en zone d'activité : une centaine de logements, une résidence senior, un restaurant gastronomique ainsi que l'ouverture de la forêt de Grignon au public via son aménagement en parc accessible à tous.

L'agence s'est vu confier le développement du pôle innovation et du pôle gastronomique.

 

Dans les deux cas, il s'agit pour nous d'articuler la réalisation de programmes contemporains innovants dans le respect de ce site au patrimoine exceptionnel.

Le projet de réhabilitation sur lequel nous avons travaillé ne concerne pas l’ensemble du site. Il s’agit de réfléchir à la modernisation du pôle innovation et à la création d’un pôle gastronomique tout en respectant le patrimoine existant. 

 L’histoire de la vente du domaine à fait du bruit dans les médias, mais le projet conçu n’a jamais été présenté. L’agence a contribué à ce projet en travaillant sur le « Pôle innovation » du futur site.
L’ambition est de réunir les acteurs des filières de l’agriculture, de l’alimentation et de l’environnement au sein d’un même lieu qui accompagnera le développement des technologies décarbonées centré sur le monde vivant à l’international. Mais pour porter cette ambition, le site (laboratoires et espaces de travail) doit être rénové et adapté aux exigences contemporaines (lumière naturelle, hauteur sous plafond importante, espaces de convivialité, salle de réunions).  

Le pôle innovation agricole

Contexte

Programme

Nous souhaitons réunir les acteurs des filières de l’agriculture, de l’alimentation et de l’environnement au sein d’un même site qui accompagne, à l’international, le développement des technologies décarbonées centrées sur le monde vivant.

 

À cet effet, le projet prévoit la reconfiguration de laboratoires de recherche existants sur le campus.

Il s'agit de promouvoir un fonctionnement en écosystème entre des unités mixtes de recherche, des entreprises privées et des jeunes start-ups pour plus de collaboration et d'innovation.

Le site

Le projet se situe à l'extrémité est du Domaine, en surplomb et à 5 minutes à pied du site historique du Château. C'est un développement récent d'AgroParisTech composé de 3 bâtiments qui abritentles laboratoires de recherches :

  • BIOGER, livré en 2006, accueille l'UMR Biologie et Gestion des Risques en Agriculture, spécialiste des maladies fongiques agricoles.
  • CETIOM, construit en 1996, est l'acronyme du Centre Technique Interprofessionnel des Oléagineux Métropolitains et abrite le laboratoire Terres Inovia. On s'intéresse aux huiles et protéines végétales ainsi qu'à la filière chanvre.
  • AGER-EGER, construit en 2000, abrite différentes unités mixtes de l'INRAe (Institut National de Recherche pour l'Agriculture, l'Alimentation et l'Environnement)

 Aucune connexion piétonne n'est aujourd'hui présente entre les trois édifices. La logique est davantage automobile. Chaque site possède une entrée séparée raccordée directement à des parkings étalés autour des bâtiments.

 

Projet

Ces bâtiments présentent un faible intérêt patrimonial mais ils ont le mérite d'exister, d'être plutôt récents et en bon état.

Fort de cette situation, l'agence fait le choix d'interventions ciblées sur l'existant pour limiter le bilan carbone et le coût de cette transformation. Les économies de moyen dégagées permettront notamment un maximum d'ambition sur le traitement des espaces publics.

La Grange, Cœur battant du pôle d'Innovation

La première de ces interventions concerne l'aile D d'AGER-EGER. Elle constitue la rotule de distribution du projet et se situe à équidistance des deux autres bâtiments (3 minutes à pied).

Aujourd'hui occupée par un parking en sous-sol et des salles de réunion, nous faisons le choix de le réaffecter pour en faire le cœur battant du pôle innovation. Renommé « La Grange», le projet prévoit de reprendre entièrement cette emprise. Une nouvelle façade entièrement vitrée offre un nouveau visage au projet. À l'intérieur, plusieurs demi-niveaux accueillent la cafétéria, des espaces de repos, d'information, de réunion et un amphithéâtre. Ce grand espace de convivialité porte l'ambition de créer un écosystème autour des questions du vivant agricole.

Rationaliser l'usage des bâtiments

Au cœur des plateaux des trois bâtiments, l'agence propose une optimisation des surfaces de bureaux, et en particulier des circulations. Moins de circulations, mais partagées, plus larges et mieux équipées pour favoriser les rencontres entre les différents acteurs. On voit apparaître des tisaneries, des espaces de réunion (de l'informel à la salle insonorisée) en passant par des salles de coworking tout au long du dispositif.

L'agence dispose des bureaux classiques sur les trois sites pour stimuler les synergies. mais donne une identité à chaque site du pôle Innovation par l'implantation d'un programmne spécifique :

  • À l'ouest, l'ancien centre professionnel CETIOM accueille l'incubateur de startups et dans son parking semi-enterré une verrière le FabLab du pôle.
  • À l'est, le bâtiment le plus récent et le mieux équipé BIOGER rassemble tous les laboratoires déjà présents sur le campus.
  • Au centre enfin, AGER-EGER avec ses vieux laboratoires un peu vétustes, nécessite de gros travaux.
    C'est aussi le plus grand bâtiment. Sa nouvelle position mitoyenne de la Grange en fait un bon candidat pour acueillir des grandes salles de réunion communes, des plateaux de bureaux traditionnels et des espaces de travail partagés.

Traitement paysager et aménités

Au pied de la Grange, l'agence propose un aménagement paysager pour relier tous les bâtiments du Pôle Innovation. En gradinement pour suivre la topographie intérieure, cet espace paysager intègre des espaces collectifs et d'agrément : un amphithéâtre de verdure extérieur, des bancs et des espaces ombragés sous les arbres existants et plantés dans le cadre du projet. Ce dispositif favorise les modes de déplacement doux entre les bâtiments du pôle, et propose des aménités résolument urbaines aujourd'hui absentes sur le site et qui feront le bonheur des usagers les jours de beau temps. 

Pour rendre ce grand geste paysager possible, l'agence a également repensé le schéma de stationnement. L'étalement actuel des parkings sur le site imperméabilisent inutilement les sols tout en compliquant les déplacements piétons. Nous proposons de rassembler tout le stationnement sur une aire existante de 50 places de parking mal définie entre AGER-EGER et BIOGER. Le projet en fait un parking contemporain et rationnel de 150 places, ce qui correspond au besoin actuel en véhicules et ce sans imperméabiliser, grâce à un traitement approprié des sols.

Cette dynamique de transport s'articule avec la volonté du projet global d'améliorer les options de transit vers Thiverval–Grignon où réside une partie des acteurs du site. Une ligne publique de bus est prévue ainsi qu'un parcours piéton / vélo au travers du Parc forestier pour relier les 2 km qui séparent le bourg du Domaine de Grignon.

Le pôle gastronomique

Contexte

Programme

Le projet prévoit un pôle gastronomique afin de promouvoir les enjeux de l'agriculture auprès du public.

À proximité du musée du Vivant, nous positionnons un restaurant gastronomique locavore grâce à son potager pour sensibiliser le public sur l'impact d'une agriculture vertueuse au quotidien.

Juste à côté, un spa et des chambres d'hôtes dans l'aire boisée complètent le dispositif.

Le site

Le pôle prend place à l'ouest du Domaine, dans l'alignement du grand axe du château et du pavillon Dehérain (qui accueille depuis 2005 le musée du Vivant). Sur une parcelle gazonnée en face, le restaurant jouxtera un champ d'1,5 ha actuellement cultivé par l'université.

Ce site exceptionnel, véritable articulation du domaine permet une transition entre la partie urbanisée et l'espace protégé de forêt au sud-ouest. 

Projet

Le bâtiment sera léger et très largement vitré pour offrir aux clients le paysage productif des champs et en arrière-plan, l'orée du bois.

Dans le même esprit, l'aménagement intérieur prévoit un grand bar ouvert sur la cuisine, afin de mettre en scène la brigade qui s'affaire à réaliser le subtil passage de la terre à l'assiette : un ballet sensoriel total pour s'immerger dans le cycle du vivant.

La parcelle cultivée devient de manière évidente le potager du Chef Jean-baptiste Lavergne Morazzani. Ses dimensions suffisent à couvrir la totalité des besoins alimentaires des deux offres du restaurant : bistro le midi, gastro le soir.

Le bâtiment est conçu comme une serre. Cela lui permet de maximiser l'apport solaire en journée, et de moduler le confort thermique via des aérations en toiture, des stores, des brise-soleils et de grands ventilateurs. Le projet maximise les possibilités naturelles et mécaniques de ventilation pour limiter l'usage de climatisation industrielle. La convection naturelle pourra être complétée par un chauffage de biomasse locale pour assurer le confort en hiver.

Conclusion

Nous pensons qu'une refonte de la programmation d'un territoire aussi emblématique que le domaine de Grignon ne trouve son sens qu'en s'inscrivant dans le respect et la mise en valeur du patrimoine existant sous toutes ses formes : humain, paysager, bâti…

 

Les valeurs d'innovation, d'excellence scientifique et de médiation du savoir portées par l'École de Grignon–AgroParisTech au cours de son histoire trouvent dans le projet de Pôle d'Innovation agricole une continuité directe, et dans le Pôle Gastronomique une nouvelle manière de sensibiliser et de former le grand public aux enjeux environnementaux actuels par le partage des bienfaits de la terre.

 

 

L'approche paysagère, architecturale et urbaine présentée par l'équipe de projet s'inscrit également dans ce mouvement de fond qui cherche l'innovation par le dialogue avec le déjà-là (réemploi du bâti, de techniques millénaires, des usages existants). On change les formes, jamais le fond.

 

Le projet est aujourd'hui ajourné sur décision politique.

On n'a pas arrêté de rêver pour autant :)

Casting

Pôle d'Innovation agricole

MOA architecture – Architecte

La Ferme Digitale – Consultant

TheCamp – Consultant

Pôle gastronomique

MOA architecture – Architecte

Jean-Baptiste Lavergne Morazzani (La Table du 11 *) – Chef

Partager le projet :